Les 4 plus grandes erreurs judiciaires de France

Les 4 plus grandes erreurs judiciaires de France

Les 4 plus grandes erreurs judiciaires de France

Une erreur judiciaire est une erreur commise dans un jugement par une juridiction. La justice qui n'est pas infaillible peut en commettre. Il existe des affaires qui sont plus retentissantes que d'autres. Voici justement les 4 plus grands fiascos judiciaires de France.

L'affaire Patrick Dils

Sur le banc des accusés se trouve Patrick Dils, un adolescent de 16 ans. Il est soupçonné du meurtre de deux enfants. Il l'avoue pendant l'interrogatoire pour ensuite se rétracter avant son procès. Il finit par être jugé coupable et écope d'une condamnation à perpétuité.

Un procès en révision s'ouvre avec la découverte de la proximité d'un tueur en série sur les lieux du crime. Toutefois, Patrick Dils est à nouveau condamné à 25 ans d'emprisonnement. Il faudra attendre son procès en appel de 2002 pour qu'il soit finalement reconnu innocent. Il a passé en tout 15 ans derrière les barreaux.

L'affaire d'Outreau

Le couple Thierry Delay et Myriam Badaoui se trouvent sur les bancs des accusés. Leurs quatre enfants les accusent d'attouchement. Après l'instruction, 18 personnes en tout sont portées en accusation. Le verdict est rendu après le procès et 17 personnes sont accusées de viols et d'agressions sexuelles présumés sur 17 mineurs.

Le couple Delay-Badaoui et un couple de voisins reconnaissent les faits et écopent d'une prison ferme. Le procès s'ouvre aux assises de Paris en 2005 et l'affaire connaît un virement. En effet, 6 condamnés sont acquittés et 13 personnes sont blanchies et reçoivent les regrets et excuses de l'État. Myriam Badaoui sort de prison en 2012.

L'affaire Marc Machin

Marie Agnès Bedot a été retrouvée assassinée à l'arme blanche. Les enquêtes mènent les policiers à Marc Machin, un homme qui a un casier judiciaire pour agressions sexuelles, vols et violences avec armes. Il avoue le meurtre pour se rétracter avant son procès. Pendant ce temps, un meurtre similaire a été commis au même endroit alors que Machin est en détention.

Il écope tout de même de 18 ans de réclusion criminelle. Toutefois, le vrai coupable se dénonce. Un certain David Sagno avoue de manière volontaire le meurtre des femmes. Son ADN a été retrouvé sur les vêtements ainsi que sous les ongles des victimes. La cour annule la condamnation de Marc Machin et il reçoit une compensation de 660 000 euros.

L'affaire Loïc Sécher

Loïc Sécher, dénoncé par sa voisine de 14 ans de viol, se retrouve sur les bancs des accusés. Il a été arrêté sur simple témoignage sans analyse d'ADN ni confrontation avec la victime. L'homme ne cesse de clamer son innocence pourtant il écope de 16 ans de réclusion criminelle. Ce verdict sera confirmé en appel en 2003 et en cassation en 2005.

La cour de cassation ordonne la révision du procès de Sécher après qu'Emilie, la victime présumée, envoie une lettre au parquet général pour expliquer qu'il est innocent. Un procès s'ouvre en 2011 aux assises où la jeune fille témoigne et l'innocente complètement. Il a été acquitté et blanchi après avoir passé 9 ans en prison.

Autres Sujets

Les 5 fugitifs les plus recherchés par Europol

En fin 2019, les fugitifs recherchés par Europol, l'agence européenne de police criminelle, comptent encore de nombreux noms. Parmi ceux-ci, 5 criminels se démarquent par leurs méfaits. Voici de quoi il......